Basse Vision en Pratique

Info Malvoyant basse vision pour Patient, Proche et Professionnel de Santé

By

Machine à lire ou Télé agrandisseur ?

Les nouvelles machines à lire se présentent aujourd’hui comme une alternative au téléagrandisseur. Le principe de fonctionnement est simple : on place le texte à lire sous une caméra, on appuie sur un bouton, et le texte est lu. Pour certains patients que nous recevons à notre Centre de Paris Montparnasse, la question est de savoir quel appareil choisir : machine à lire ou téléagrandisseur…

Les progrès considérables des machines à lire

Les machines à lire ont considérablement progressé. Il y a quelques années, une machine de lecture pour malvoyant ressemblait à un ordinateur PC avec scanner et carte son, le tout recouvert d’un beau capot plastique permettant d’en masquer la véritable nature. Au bout de 5 minutes d’utilisation, on retrouvait certains travers de l’informatique de l’époque, à savoir : complexité d’utilisation, manque d’ergonomie, fiabilité douteuse. Vous l’aurez compris, ce n’était pas des machines à confier à un patient malvoyant techno-phobique de plus de 80 ans ! Conséquence : pendant de longues années nous avons refusé de présenter ces machines à notre Centre d’Essais !

Aujourd’hui les choses ont changé. La nouvelle génération de machine de lecture est plus facile à utiliser. Et le prix d’une machine à lire est comparable à celui d’un téléagrandisseur. Sur les derniers modèles testés, le confort d’utilisation est important sur des textes simples et bien formatés. Il est également possible d’utiliser ses machines en mode « téléagrandisseur » : l’image filmée par la caméra est affichée sur un écran. Cerise sur le gateau, le texte peut être remis en forme afin que, par exemple, une colonne de journal tienne dans la largeur de l’écran.

Les avantages du Téléagrandisseur

Il subsiste encore des domaines où le téléagrandisseur est supérieur à la machine à lire : lorsque le texte à lire est complexe. Par exemple, dans le cas d’un prospectus, d’un relevé bancaire mal formaté. Il est également impossible de voir une image avec une machine à lire.

Il existe aussi une limite auprès des patients qui adorent la lecture, ou qui ne souhaite pas être passif dans l’acte de lire. Pour eux, le plaisir de la lecture avec un téléagrandisseur n’a rien à voir avec celui d’une écoute vocale, plus passive. C’est donc affaire de choix personnel.

Ma conclusion… provisoire

Compte tenu des progrès de la technologie, on peut imaginer qu’un jour ces deux appareils ne feront plus qu’un. On aura donc des téléagrandisseurs avec un bouton « lecture à haute voix », ou des machines à lire dotée d’un kit « téléagrandisseur ».

En attendant, il faut tester ces nouvelles machines à lire pour se forger sa propre opinion. Cela vaut le coup. Pour cela, nous planchons par exemple sur une procédure de prêt à domicile 15 jours pour essai. C’est pour chaque patient le meilleur moyen de trancher.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *